Le monde fabuleux des abeilles


Le rôle de l'abeille dans la biodiversité

L'abeille peut butiner à elle seule 250 fleurs par heure !!!

Elle est un agent pollinisateur remarquablement efficace et est indispensable à la biodiversité de notre écosystème. 

Elle permet en effet la reproduction et la survie de plus de 80% des espèces de plantes à fleurs.

 

En butinant le nectar des fleurs, l'abeille se recouvre de pollen, le transporte sur les autres fleurs qu'elle visite et permet ainsi la fécondation de celles-ci.

Deux abeilles butineuses avec du pollen sur une fleur de courge

L'abeille sociale : l'apis mellifera

Des abeilles ouvrières sur des cadres dans une ruche

L'abeille apis mellifera est une espèce d'abeille originaire d'Europe. 

C'est une abeille domestique, mellifère et sociale qui est privilégiée dans le monde apicole.

 

Elle est dite sociale et plus précisément eusociale car elle vit en colonie populeuse formée de différentes castes qui se divisent le travail entre individus adultes.


Le cycle biologique d'une colonie d'abeilles

Une colonie d'abeilles a une population qui varie entre 20 000 et 80 000 individus selon les saisons et est formée de trois castes différentes qui sont la reine, les ouvrières et les mâles appelés faux-bourdons.

La colonie est beaucoup moins peuplée l'hiver car les mâles sont chassés par les ouvrières à l'automne et les ouvrières d'hiver sont quant à elles beaucoup moins nombreuses.

On distingue en effet deux catégories d'ouvrières, celles d'été et celles d'hiver :

  • Les ouvrières d'été naissent durant le printemps et l'été et ne vivent que quatre semaines environ. Elles sont très actives car elles participent au développement de la colonie et au stockage des réserves pour l'hiver.
  • Les ouvrières d'hiver, quant à elles, naissent de l'automne jusqu'au début de l'hiver et peuvent vivre jusqu'à six mois avant d'être remplacées par les abeilles d'été.
Un essaim d'abeilles sur une branche par l'abeille villadéenne

Une reine avec des abeilles ouvrières sur un cadre de couvain

La reine

La reine se reconnait par son thorax et son abdomen plus développés que ceux des ouvrières.

Son rôle est de réguler les activités de la colonie grâce à des phéromones et de pondre des œufs afin d'assurer la descendance.

Pour élever une reine, les abeilles nourrissent une larve uniquement avec de la gelée royale contrairement aux autres larves qui sont nourries avec un mélange de pollen et de miel. A l'âge d'une semaine environ, la reine sort une seule fois pour son vol nuptial durant lequel elle s'accouple avec de nombreux mâles et stocke leurs spermatozoïdes afin de pouvoir pondre tout au long de sa vie.

Des abeilles ouvrières sur un cadre de miel chez l'abeille villadéenne

Les ouvrières

Les abeilles d'été se répartissent plusieurs rôles au sein de la colonie en fonction de leur âge et selon les besoins de la colonie. 

Les vingt premiers jours de leur vie, elles vont nettoyer les cellules, nourrir le couvain, construire et réparer les rayons de cire et enfin réceptionner le miel et le pollen rapportés par les abeilles butineuses. Ensuite, les abeilles s'occupent de la défense de la colonie et deviennent butineuses pendant quatre à cinq jours avant de mourir. 

Les abeilles d'hiver doivent quant à elles maintenir la colonie en vie et donc au chaud afin de pouvoir redémarrer un nouveau cycle au printemps.

 

 

 Désolée mais aucun mâle

ne s'est encore laissé

prendre en photo...

Les mâles

Les mâles, appelés faux-bourdons à cause de leur ressemblance avec les bourdons, ont un corps plus trapu et sont plus grands que les ouvrières.

Contrairement aux femelles, les mâles n'ont pas de dard.

 

Leur principale tâche est de féconder une reine lors du vol nuptial et cela leur est fatal s'ils réussissent à s'accoupler. 

Les mâles sont présents dans les colonies du printemps à l'automne et principalement vers le mois de juin au moment des essaimages.

Ils peuvent changer de colonie et sont facilement acceptés si les ressources alimentaires sont bonnes sinon ils sont chassés comme cela se produit avant l'hiver.


Les maladies et prédateurs de l'abeille

Un frelon asiatique, une menace pour l'abeille
Frelon asiatique
Un varroa sur une abeille, un parasite envahissant , porteur de maladie et meurtrier
Varroa sur une abeille
La main d'un homme tient un arbre pour la sauvegarde de l'environnement, la protection de la faune et de la flore
L'humain

Les abeilles sont menacées par de multiples maladies, parasites et prédateurs qui peuvent vite affaiblir voir même décimer une colonie. Il est donc important pour l'apiculteur de faire en sorte que ses colonies soient le moins possible confrontées à ces facteurs.

 

Le varroa, par exemple, est un parasite très envahissant. C'est un acarien qui s'attaque principalement au couvain et qui affaiblit et peut décimer une colonie. Il est donc primordial de prendre toutes les précautions nécessaires afin de ne pas propager la maladie mais aussi de traiter afin d'exterminer le parasite présent dans la colonie.

 

Les abeilles doivent également lutter contre de multiples prédateurs dont le plus dévastateur dans notre région est le frelon asiatique qui attaque les ruches et dévore les abeilles. Les moyens de lutter contre ce fléau sont la destruction de nids qui s'effectue par des apiculteurs agréés, le piégeage avec différentes sortes de pièges ou encore l'installation de grilles à l'entrée des ruches qui empêchent les frelons d'entrer. 

 

Cependant, parmi tous ces facteurs de risque, il est important de parler de l'être humain. En effet, l'humain peut être un danger pour l'abeille par son intervention incessante et grandissante sur la nature. Il est donc important de prendre conscience de l'importance de chaque être sur terre et de faire en sorte de sauvegarder chaque espèce.